Festival Drôles de Dames : Parce qu’on mérite bien plus qu’une journée !

12 avril 2018

Grâce à Myriam Thomas, organisatrice du festival Drôles De Dames au Grand Point Virgule, le projecteur a été braqué le mois dernier sur les étoiles montantes et féminines de l’humour. C'est à cette occasion que Laura Calu, Marina Cars, Lola Dubini ainsi que les deux hommes de l'affaire Nino Arial et « l’Observateur », jouaient leur premier spectacle intitulé Du Web à la Scène, l’humour version 2.0. Et il était temps pour ces jeunes comédiennes et chanteuses en herbe de traverser le miroir en troquant leurs caméras contre le regard et les rires d’un public enthousiaste à l’idée de pouvoir enfin les rencontrer.


Pour ceux qui n’auraient pas encore eu l’occasion de les découvrir sur leurs réseaux respectifs, ces artistes en herbe font partie des dernières étoiles montantes d'internet. Dans leur spectacle aux allures de scène libre, la femme est mise à l’honneur au travers de mini de sketchs présentés à tour de rôle. Regroupant à eux cinq quelques centaines de milliers de followers sur les réseaux sociaux, ces jeunes comédiens (et chanteuse pour l'une) partagent avec humour leur expérience de ce passage du web à la scène, tout en s'interrogeant sur la place que tient la femme aujourd’hui. Ces Youtubeurs nous emmènent avec eux dans les coulisses de leur univers. 

Le début du spectacle est à l’image de leurs présences sur les réseaux sociaux : au plus proche du public . Les artistes arrivent depuis les coulisses mais aussi depuis la salle, et on sait d’ores et déjà que nous allons être partie prenante du spectacle.

Le premier à rentrer en scène est Nino Arial qui aborde dans un humour franc et sans gêne des sujets au cœur des débats et tribunaux populaires de la toile : entre liberté d’expression, et liberté de lynchage. 

Lui succède ensuite Laura Dubini qui avec beaucoup d’humour nous chante la rupture et le renouveau. Une féminité piquante, décomplexée et pleinement assumée, portée par une voix fraîche et perçante.

S'ensuit l’invité spécial de la soirée, « l’Observateur », qui nous présente lui aussi son passage du web à la scène mais surtout celui de la Côte d'Ivoire (son pays d'origine) à la France Une expérience haute en couleur que cet artiste nous fait partager avec beaucoup d’humilité et de talent.

L’humoriste Marina Cars revient sur la grande polémique « Balance ton porc » mais surtout sur les difficultés qu’elle rencontre en tant que femme, à travers un humour parfois sarcastique où les abus et les images biaisées sont dénoncés.

L’accent ensoleillé de Laura Calu nous met du baume au cœur en abordant avec dérision et extravagance la représentation web vs scène, notamment sur le thème du public.

Le spectacle se clôture par un medley de chansons proposées par Laura Dubini, mais surtout par les spectateurs invités à participer à un réel moment de complicité, en toute intimité.

Dans une époque où l’essentiel de nos échanges devient virtuel et où les talents se révèlent souvent sur la toile avant de rencontrer la scène, il est sans doute paradoxal d’imaginer que nous puissions nous sentir si proches de ces artistes. Mais c’est bel et bien le cas. Dans le public, certains sont venus par curiosité et par envie de découvrir un nouveau genre. Et beaucoup de fans sont venus en famille ou entre amis pour continuer de suivre avec engouement ces artistes prometteurs.

Cette belle équipe vous propose de les retrouver évidemment sur leurs réseaux respectifs ( Facebook, Snapchat et Instagram ), mais aussi sur scène : actuellement au théâtre BO St Martin dans «# NoLimit » pour Nino Arial, à l’Apollo théâtre pour Marina Cars et dans un spectacle prévu courant septembre pour Laura Calu.

 

Léa Dony

© Visuel : Festival Drôles de Dames